Jus du cru à l’extracteur

« Lustucru ? »

Vous n’avez pas la pêche ?

Buvez concombre et carotte ! Pour adopter la fraîche attitude et renforcer votre capital santé, rien ne vaut les jus de fruits et légumes frais. Pour les réussir sans les dénaturer, les extracteurs sont les mieux placés.

  • Betterave : stimule le système sanguin, permet de lutter contre les troubles de la menstruation. Idéal pour les femmes.
  • Carotte : extrêmement riche en vitamines A, B,C, D, E, G et K, il donne non seulement bonne mine mais combat tous les problèmes d’aigreurs d’estomac et d’ulcères.
  • Céleri : excellent pour faciliter la digestion et se rafraîchir l’été ; le jus de céleri « normalise » la température du corps.

 

 

 

  • Épinard : nettoie, reconstruit et régénère tout l’appareil digestif.
  • Tomate : sans doute le plus connu et le plus consommé aux terrasses des café. Le jus de tomates est riche en sodium, calcium, potassium et magnésium. Indice glycémique bas.

Boire des jus, des shots tous crus !

 

L’extracteur, vainqueur par KO de la centrifugeuse 

Boire des jus frais d’accord, mais comment les extraire ?

Entre les fruits simplement pressés à la main, les jus obtenus au moyen de centrifugeuses ou les extracteurs, que choisir ? Sans aucun doute, les derniers.

Munis de rouleaux broyeurs, ils concassent les légumes comme le font nos dents ou les triturent pour extraire le jus à froid, conservant ainsi un maximum de minéraux et d’enzymes vivantes. Les centrifugeuses quant à elles, non seulement conservent les fibres (et sollicitent donc davantage le système digestif) mais en plus chauffent les aliments.

On dit aussi que les jus des extracteurs renferment 3 à 4 fois plus de nutriments (vitamines, oligo-éléments, enzymes) que ceux issus de centrifugeuses.

Enfin, dernier argument pour vous faire définitivement préférer les extracteurs : les résidus chimiques. Les centrifugeuses en conservant la pulpe gardent également les engrais et pesticides retenus dans la plupart de nos fruits et légumes non biologiques. Alors que les extracteurs en broyant la pulpe et en la comprimant lentement, retiennent les métaux lourds de type mercure ou plomb qui se lient naturellement à la cellulose.

 Merci à la Ruche qui dit oui pour les infos. Janvier 2015

Comments are closed.