Au foin, la pintade !

Photo : Une magnifique pintade de 2kg (€20) que j’ai eue par La Ruche qui dit oui  à St Julien vendredi.

Photo du profil de La Ruche qui dit Oui ! Pour le repas de midi : s’y prendre à 9h du matin, facile mais long !
 
  • Pour 4, une belle pintade fermière de 1,5 kg vidée. Garder les abats.
  • Sel, poivre,
  • estragon frais,
  • échalotes,
  • bolets ou morilles séchés,
  • crème fraîche…
  • … et du foin*.

* Le chic, c’est d’avoir récolté cet été du bon foin de montagne… loin de la pollution. On peut l’enrichir d’herbes aromatiques séchées en vrac cet été (romarin, laurier, thym…)

  1.  Farcir la bête de branches d’estragon, échalotes, poivre, sel et fermer avec une poignée de foin.
  2. Faire un petit bouillon avec le cœur et le foie, oignons épices à choix. Cela donnera un jus que l’on pourra agrémenter de bolets séchés, morilles et crème fraîche.
  3. Oindre la peau afin que colle dessus du sel et du poivre.
  4. Lui faire un nid de foin dans un papier aluminium, bien envelopper et fermer le paquet :

Enfourner à 220° pour au moins 2h… voire 3.

 Déballer et si vous voulez, passer au four pour dorer la peau, arroser avec le bouillon :

Je l’ai arrosée et passée au four encore 30 minutes… mmm ! Fondante et goûteuse bébête.

Et quoi de meilleur avec cette viande « noire », parfumée par le foin, qu’une blanche purée de céleri-boule crémée, poivrée et recouverte de ciboulette ciselée… avec un trou pour le jus !!

^ Et voilà pourquoi j’ai laissé la tête à la cuisson, ça fait « médiéval » ^

Voici sa tête, on ne peut pas se tromper avec sa crête en dur et ses longs cils.

Atelier Culinaire Saperlipopote !

Comments are closed.